Herfa Neurode : visites, échanges et réalités

Publié le 22 déc 2011 à 16h05
Pour garantir l’étude rationnelle et objective des scénarios de fermeture de StocaMine, nous sommes allés à la rencontre de nos collègues allemands, responsables du plus grand site européen de stockage et de traitement des déchets ultimes, afin d'apporter les réponses les plus pertinentes et les plus justes.

L'accueil fut cordial et les responsables d'Herfa-Neurode sont venus en retour visiter le site de StocaMine.

 

 


















Ils ont clairement et sans détour répondu à nos questions.

Ainsi, lorsque nous avons abordé l’information véhiculée par plusieurs personnes, en public, énonçant l’absence de nappe phréatique au droit d’Herfa Neurode, nos hôtes ont réfuté complètement ces dires : une couche géologique gréseuse, d’une épaisseur de 300 mètres surplombe le stockage allemand, et la nappe phréatique circule dans ces grés. D’ailleurs, la Région vient de signer un accord avec l’agglomération de Bad Hesrfeld pour améliorer la qualité de ces eaux phréatiques (pour plus d’informations, entrer "Grundwasser Bad Hersfeld" dans les moteurs de recherche du web).

Les pro-déstockage prétendent que nos collègues allemands seraient en mesure de sortir et restocker l’ensemble des déchets à Herfa Neurode en l’espace d’une à deux années. Nous avons donc interrogé les dirigeants allemands quant à la faisabilité d’une telle opération. Leur réponse fut sans équivoque : ils n’interviennent pas dans les opérations de déstockage sur d’autres sites que ceux qu’ils exploitent et n’ont jamais réalisé de telles opérations. Seuls des déchets revalorisables ont été déstockés à Herfa Neurode, dont des transformateurs pollués au pyralène qui contenaient du cuivre : ce métal a été revendu. Aucune opération de déstockage à Herfa Neurode n’a concerné des déchets amiantés. Par contre, l’exploitation d’Herfa Neurode est en mesure de prendre en charge les colis déstockés, dès lors qu’ils sont remontés au jour.

 


 

















 






 














Le stockage allemand, qui compte 160 salariés, utilise les anciennes chambres d'exploitation et les installations de la mine Werra . Cette exploitation minière continue de produire 25 millions de tonnes par an de minerai de potasse et emploie 4 000 personnes. Elle regroupe plusieurs anciennes mines des ex- RFA et RDA sur 900km2.

Nous avons bien entendu échangé sur beaucoup d'autres sujets propres aux sites et caractéristiques des activités de stockage de déchets et avons aussi abordé les informations publiées sur le site internet des opposants au stockage d’Herfa Neurode. Ceux-ci affirment notamment que l'ennoyage de la mine a commencé, mais nos interlocuteurs ont vivement démenti ces affirmations.

Alain ROLLET

 

Commentaires (Vos questions, propositions et réflexions)

Soyez le premier à poster un commentaire !

Ajouter votre commentaire

facultatif
facultatif
 
Anti-spam :
Recopiez le mot "dire"